Pourquoi Periscope donne une autre dimension au témoignage vidéo

La retransmission vidéo en direct à partir d’un téléphone mobile est promise a un bel avenir. On le sait depuis que les activistes égyptiens (#tahrir), turcs (#gezi) ou américains (#occupy) l’ont montré au cours des dernières années.

Désormais, c’est le développement d’applications comme Periscope (Twitter) et Meerkat qui met le live vidéo à la disposition du plus grand nombre pour peu qu’un réseau 3G ou 4G soit accessible pour témoigner en direct.

Qu’est-ce que ça change ?

Cette capacité à partager en vidéo les événements dont on est témoin, le journaliste de la BBC Nick Garnett en a fait l’expérience il y a quelques jours au Népal dans le village de Sipaghat à une trentaine de kilomètres de Katmandou.

Son témoignage n’est plus disponible sur la plateforme Periscope qui limite l’hébergement des vidéos à 24 heures. Et pourtant, Periscope avait mis cette vidéo en avant.

Je vous propose une capture que j’avais réalisée mais sans l’audio. Et c’est dommage car la voix du journaliste en train de commenter en direct les images dont il était témoin ajoutait une dimension très humaine et très proche à la vidéo. On avait véritablement l’impression d’avancer à ces côtés parmi les ruines du village.

Précisons que l’équipe de la BBC était la première à atteindre ce village qui n’avait vu passer personne trois jours après le tremblement de terre.

J’espère que Nick Garnett en dira plus sur cette expérience très prochainement sur son blog.

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *